Le Format des Drives au service d’une Stratégie !

auchan drive

Crédit : www.justacote.com

Bonjour à toutes et à tous,

Après avoir présenté hier les formats de drive du coté utilisateur, je vous propose de découvrir les formats de drive sous l’angle d’un gérant de magasin. A travers la compréhension de ces formats, je vous aiderai à décrypter la stratégie des différentes enseignes.

 

En France, ouvrir un drive peut se faire de trois façons différentes. Mais choisir un format de drive consiste autant en un choix pratique qu’un une option dans la bataille des drives puisqu’ils deviennent une arme pour gagner des parts de marché ou pour certains, éviter leurs pertes. Chacune des enseignes ont adopté une stratégie reconnaissable au format de drive opté. Je vous propose d’aborder chacune de ces stratégies de la position la plus défensive à la plus offensive.

 

Le drive picking en magasin
Essentiellement utilisé par les enseignes Cora, Casino, Intermarché et Système U, faire du picking revient à constituer les produits en rayon pour préparer les commandes. Les drives avec “retrait en magasin” sont essentiellement de ce format qui présente l’intérêt d’être peu onéreux et de permettre une arrivée rapide sur le marché où le primo-entrant bénéficie toujours d’un avantage à court terme. Nécessitant un investissement de 2 à 300 000 euros, soit 10 fois moins que les deux autres types de drive, ils sont rapidement limités. Système U reconnaît comme préoccupant la présence de préparateurs de commandes au moment même où des clients font aussi leurs achats en magasin. A vocation essentiellement défensive, cette solution est la meilleure marché et celle qui présente le retour sur investissement le plus rapide au détriment d’un développement à plus long terme. Mais pour un gérant de magasin, une alternative existe pour lier un drive à son magasin.

 

L’entrepôt accolé
Un format permet justement de juxtaposer une zone de stockage à son magasin. Nécessitant un entrepôt où seront préparées les commandes, ce format nécessite un investissement de 2 à 4 millions d’euros. Évitant les mises en rayon, le fonctionnement de ces entrepôts est relativement économe grâce à la logistique du magasin. Le succès de ces drives au rendez-vous, la rentabilité avant impôt (l’ebitda pour les plus rigoureux) d’un tel entrepôt est de l’ordre de 5%, contre 2% pour un hypermarché. Face à un système de picking, un entrepôt accolé dispose de moins de références, point qui rebute d’ailleurs certains à franchir le pas vers le drive. Enfin, cette stratégie cannibalise une partie de la clientèle de l’hypermarché : entre 10 et 30% des clients du drive étaient déjà client du super ou hypermarché ce qui laisse déjà 70 à 90% de la clientèle conquise chez la concurrence. Bien que toutes les enseignes utilisent ce genre de drive, pour ceux qui seraient gênés par ce point il existe encore un autre format de drive dans une optique plus offensive !

 

Le drive déporté ou drive en solo
Témoignant d’une stratégie offensive, l’emplacement d’un drive déporté ou en solo est primordial. Les concurrents ne sont jamais très loin. Disposant des facilités d’implantation d’un simple entrepôt, ces drives ne sont rien de plus qu’un entrepôt, un parking et quelques bornes. Là encore, le coût d’un tel drive est de l’ordre de 2 à 4 millions d’euros (achat du terrain non compris) et présente l’inconvénient de ne pas s’inscrire dans une chaîne logistique comme celle d’un drive accolé à un magasin tout en ayant moins de référence qu’un magasin. Mais dans ce cas, la cannibalisation de la concurrence s’effectue chez le concurrent. Toutes les enseignes optent désormais pour ce type de drives, Leclerc et Auchan via Chronodrive en tête mais Carrefour et Casino le testent alors qu’Intermarché et Système U ont récemment décidé de se lancer sur ce type de drive dans les mois qui viennent.

 

Vous l’aurez compris, les enseignes, suivant leurs stratégies, leurs moyens financiers ou certaines occasions d’implantation, ont adapté leurs formats de drive. Mais l’apparition de ce concept attise à nouveau la concurrence la grande distribution comme elle l’attisait au moment de l’implantation des hypermarchés. Les dernières annonces montrent que le phénomène devrait encore s’accentuer et ce pour le plus grand plaisir des consommateurs. Aux enseignes désormais de jouer le jeu, et quoi de mieux qu’un comparateur pour apporter de la transparence…

A bientôt

 

@LeBonDriveLBD

Lebondrive via Google +

GD Star Rating
loading...
Le Format des Drives au service d'une Stratégie ! , 4.0 out of 5 based on 11 ratings
Aucun Commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE